Cybersécurité et espionnage : les patrons IT invités à la Maison Blanche – Newstech.ca

Cybersécurité et espionnage : les patrons IT invités à la Maison Blanche

Obama et Zuckerberg en 2011
Obama et Zuckerberg en 2011

Obama et Zuckerberg en 2011

Une semaine après une lettre envoyée au président américain par les plus grands dirigeants des entreprises informatiques pour réclamer une nouvelle législation dans le domaine de la surveillance, une poignée des plus grands patrons sont invités à la Maison Blanche, pour discuter notamment de la cybersécurité.

Alors que le juge fédéral d’un tribunal civil de Washington a estimé, ce lundi, que la collecte de métadonnées du téléphone d’un particulier constituait une « atteinte à la vie privée », remettant ainsi en doute la constitutionnalité du programme de surveillance Prism, M. Obama reçoit aujourd’hui les grands patrons des firmes high tech.

Selon le porte-parole de la Maison Blanche qui a révélé cette rencontre à la presse, le président des États-Unis et les dirigeants jaseront notamment de cybersécurité et plus particulièrement des problèmes de sécurité nationale et de l’impact économique des activités non autorisées des services de renseignements américains. Tous réunis autour de la table, ils devraient tenter de faire des partenariats dans le but  « d’améliorer l’économie, créer des emplois et corriger les inégalités concernant l’inégalité des salaires et la mobilité sociale. »

Seront ainsi présents Tim Cook (Apple), Dick Costolo (Twitter), Marissa Mayer (Yahoo !), Eric Schmidt (Google), Sheryl Sandberg (directrice d’exploitation de Facebook), Brad Smith (directeur des affaires juridiques de Microsoft), Randall Stephenson (AT&T), Reed Hasting (Netflix) et Brian L. Roberts de (Comcast).

Le climat sera très tendu à comparer de 2011, où Barack Obama avait déjà réuni les acteurs importants de la Silicon Valley, pour un dîner IT. En effet, la semaine dernière, huit géants de l’Internet (Microsoft, Google, Apple, Facebook, LinkedIn, Yahoo, AOL et Twitter) avaient envoyé de concert une lettre ouverte au président des états-unis ainsi qu’aux membres du Congrès.

Ils demandaient une réforme des réglementations encadrant les pratiques de surveillance : « Nous comprenons que les gouvernements ont le devoir de protéger leurs citoyens. Mais les révélations de cet été ont mis en lumière le besoin urgent de réformer les pratiques gouvernementales de surveillance dans le monde. »

Le gouvernement américain mettrait-il certaines compagnie du pays mal à l’aise par ses agissements du temps du far-west?

Share This: